Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29/10/2013

Lecon #1 - La dépression vs le burn out

Parce qu'il faut parler des vraies choses, aussi bien faire un peu d'enseignement...

Vous pouvez aller lire sur la dépression. Le DSM, la bible de psychiatrie, liste les symptômes pour chaque "maladie" et indique même "combien de ses symptomes il faut avoir pour se qualifier pour telle maladie". Et ainsi, la schizophrénie voisine le trouble d'attention, l'abus de drogue, les déviances sexuelles, l'anxiété et la dépression. Mais si tout ce passe "dans la tête", il faut comprendre qu'il y a différentes sortes de "fous"...

Mais ces critères là, ces symptomes là... c'est assez relatif. La vraie subtilité est dans la manière d'aller chercher ces informations chez le patient. On peut certainement être très triste sans être déprimé, after all, Life's a Bitch ! Alors comment savoir si c'est normal ou non. Quand est-ce que on est TROP triste, TROP déprimé... Quand est-ce qu'on est MALADE ?

Quand on évalue psychologiquement une personne, décider si elle est malade ou pas malade, c'est rarement noir ou blanc. Le burn out ou la dépression sont souvent des processus graduels.

Et chaque personne a ses propres limites.

Je vais peut etre vous surprendre en disant que ce n'est pas le médecin (ou le psychologue, etc) qui sait si la personne est malade ou pas, c'est la personne elle-même... bien que souvent ce ne soit pas si clair pour elle non plus ! C'est pour ca que le médecin pose les questions pour aller chercher l'information nécessaire à établir un diagnostic.

En gros, puisque chacun à sa limite, on doit se fier à ce que cette personne est capable d'accomplir normalement, et on regarde les différentes sphère : personnelle, famille/amis, travail. Le jour où la personne n'arrive plus dans une de ces sphère, on doit envisager la possibilité d'un trouble.

++++++++++++

On entend de plus en plus parler de dépression et de burn out. C'est une bonne chose, parce qu'il faut démystifier la chose. Quand on apprend, on brise des tabous... (J'utilise ici l'expression "burn out", mais le terme médical est "trouble d'adaptation".)

Ce que je voudrais différencier aujourd'hui, c'est la différence entre les 2.

En fait, les symptômes vont franchement se ressembler : tristesse, perte d'énergie et perte d'envie de faire des choses, perte de la concentration, culpabilité, irritabilité, toujours envie de dormir/insomnie, etc.

Mais la raison des symptomes va différer. Si, dans les 2 cas, c'est un débalancement dans la chimie du cerveau, dans le cas du burn out, le trouble est provoqué par une exposition à un stress. (dans le cas de la dépression, disons pour faire simple que le débalancement existe sans raison particulière)

Le stress peut être gros et intense et le trouble apparaitre rapidement. Ou le stress peut être subtil, mais permanent... et par définition, juste un peu trop intense pour qu'un jour, le cerveau soit pu capable de fournir. Évidemment, ce peut être aussi l'accumulation de multiples stresseurs...

Et à ce jour, je suis persuadée que N'IMPORTE QUI peut souffrir de burn out. Si certains sont plus sensibles au stress, d'autres personnes peuvent en prendre beaucoup ! Mais il s'agit que les stresseurs soient suffisamment gros ou durent suffisamment longtemps pour arriver à user n'importe qui. Le mot le dit : trouble d'adaptation. À un moment donné, l'organisme n'arrive simplement plus à compenser.

+++++++++

Il faut vivre ces symptômes pour réaliser à quel point le cerveau/le corps humain sont de magnifiques machines... c'est drôlement beau quand tout va bien, et on s'en rend même pas compte !

Quand ca va mal, cependant, c'est impressionnant de constater que le cerveau ne coopère plus ! La concentration est diminuée, et n'importe quel problème normalement simple devient une montagne ! La fatigue et notre propre incompétence nous rend irritable, agressif... et on culpabilise de devenir aussi désagréable ! Et là, je vous parle pas de chaque matin où on resterait au lit plutot que d'affronter encore la réalité !

Quand c'est rendu que la simple idée de vivre son quotidien te rend anxieux et te fait pleurer, bien sur qu'il y a un problème... La vie, c'est tuff, mais ca devrait pas l'être à ce point là...

La bonne nouvelle, c'est que c'est temporaire... du moins, il n'y a pas de raison pour que ca reste ainsi ! Et oui, ca revient comme avant... mais ca prend du temps, faut pas désespérer :-)

Commentaires

Tu vas mieux maintenant ? ^^

Écrit par : Marie | 30/10/2013

Bonjour Marie :-)
Oui je vais mieux maintenant...
Ca c'est passé il y a quelques temps déja... Ce qui permet d'ailleurs du recul ;-)
Mais cette histoire n'est que le début !! :-/

Écrit par : Laurie | 30/10/2013

Les commentaires sont fermés.